Titres-restaurant et retour du plafond de 19 euros dès le 1er juillet 2022

Titres-restaurant : le plafond repassera à 19 euros le 1er juillet 2022

Le plafond de 38 € pour les titres-restaurant, c’est fini ! 

Pour aider les restaurateurs à faire face aux conséquences économiques de la crise du Covid-19, le plafond des titres-restaurant avait doublé en juin 2020. Cette mesure avait été prolongée à trois reprises durant ces deux années. Le but était d’une part pour accompagner l’ouverture des restaurants en relançant la consommation dans les restaurants mais également pour écouler les stocks de titres-restaurant en 2020. Bercy avait de toute façon fait savoir en février 2022, lors de la dernière prolongation du plafond doublé, que cette mesure était prolongée « pour une dernière fois ».

Le ministère de l’Économie et des Finances a confirmé la fin du plafond à 38 euros pour les titres-restaurant. Il repassera à 19 € par jour au 1er juillet 2022.

« Après discussion avec les fédérations professionnelles de la restauration et comme annoncé par le gouvernement, à partir du 1er juillet 2022, l’utilisation des tickets restaurant se fera dans les mêmes conditions qu’avant la crise sanitaire », annonce Bercy.

Le plafond des titres-restaurant a toujours été fixé à 19 euros dans les supermarchés pour certaines courses alimentaires. Ce plafond ne sera pas modifié.

Fin de l’utilisation le week-end et les jours fériés

À partir du 1er juillet 2022, il ne sera plus possible d’utiliser les titres-restaurant le week-end et les jours fériés.

« Tout le monde est d’accord pour arrêter cette mesure : elle ne servait qu’à épuiser les stocks de titres-restaurants », souligne Romain Vidal. « C’est une mesure sage car il ne faut pas dévoyer l’objet du titre-restaurant, qui est de financer la pause déjeuner », ajoute Benjamin Suchar, fondateur de Worklife

Cependant, les salariés travaillant les week-ends et les jours fériés auront toujours la possibilité de les utiliser durant leurs heures de travail.

Les salariés et leur pouvoir d’achat

Le patron du syndicat patronal des indépendants de l’hôtellerie-restauration estime qu’il faudrait également discuter des mesures permettant d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés (de l’hôtellerie-restauration en particulier), afin de renforcer l’attractivité de ce secteur notamment face aux difficultés à recruter. 

« Nous souhaitons pouvoir faire des chèques pour aider les salariés de nos entreprises à régler leurs frais de transport, de crèche ou de logement, et que ces chèques soient défiscalisés », a-t-il précisé.

La Commission Nationale des Titres-Restaurant (CNTR) a proposé à Bercy un compromis : réduire le plafond de 38 euros mais aller vers un plafond à 29 euros par jour uniquement pour les restaurants. Aucune proposition de la CNTR n’avait été refusée par le ministère de l’Économie jusqu’à présent mais à ce sujet, aucune décision officielle n’a encore été prise.

Le doublement à 38 euros avait été spécifiquement décidé pour cause des effets de la crise sanitaire. Mais si cette crise est aujourd’hui derrière nous, le secteur met en avant l’inflation qui touche à la fois les restaurateurs et les clients pour justifier un plafond plus élevé. L’abaissement à 29 euros serait un compromis entre les 19 euros jugés trop peu pour le pouvoir d’achat des salariés et les 38 euros, perçus comme trop élevés du côté des restaurateurs. Ces derniers sont lésés par des commissions abusives prélevées par quasiment tous les émetteurs de titres-restaurant pour chaque transaction, comme l’indiquent les résultats de l’étude réalisée par Viavoice et Worklife au mois de février dernier. 

En effet, à chaque transaction, des commissions, jusqu’à 10 fois plus élevées que les frais classiques de paiement par carte bancaire, sont prélevées aux restaurateurs par les émetteurs de titres. 

Une solution solidaire et éthique comme l’émetteur de titres-restaurant Worklife, modèle économique sans commission, réjouit davantage les restaurateurs.

You May Also Like

Les tarifs de la garde d’enfants résistent à l’inflation

Les tarifs de la garde d’enfants résistent à l’inflation

Déconnexion totale : 8 conseils pour RH

Réussir une déconnexion totale : 7 conseils pour RH débordés

télétravailler en vacances

Télétravailler sur son lieu de vacances : la nouvelle tendance de l’été 2022 ?

forfait mobilités durables

Forfait mobilités durables : quel bilan 2 ans après ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *