fin du télétravail

Rentrée : travail hybride ou fin du télétravail ? Les entreprises passent d’un mode de survie à un mode de croissance

Cela fait plus d’un an et demi que la vie professionnelle a été chamboulée et les dirigeants d’entreprises continuent à se poser la question: “quand est-ce que nous reviendrons à la normale ?”. La crise sanitaire a bouleversé les habitudes des salariés et un bon nombre de Français ont pris goût au télétravail. Alors que le gouvernement a annoncé la fin de l’obligation de télétravail, beaucoup d’entreprises cherchent à motiver leurs collaborateurs pour revenir au bureau. Les professionnels des RH ont un rôle crucial à jouer dans la définition des contours de cette nouvelle normalité et la reprise du chemin de la croissance pour les entreprises.

Télétravail : le « nombre de jours minimal » obligatoire prend fin le 31 août au soir

Le 9 juin, les règles concernant le télétravail pour lutter contre la propagation du virus avaient été assouplies : un nouveau protocole permettait aux entreprises de faire revenir plusieurs jours par semaine leurs salariés au bureau, tout en préconisant qu’un « nombre minimal de jours » de télétravail soit fixé.

Lundi 30 août dernier, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a affirmé qu’il n’y aurait plus de “nombre de jours minimal” de télétravail requis par l’État dans les entreprises à partir de mardi soir. Un nouveau protocole national s’appliquera pour assurer la santé et la sécurité des salariés.

Cependant, les entreprises qui ont mis en place le travail hybride, ont la possibilité de le maintenir si elles le souhaitent. Pour beaucoup d’entre elles, le télétravail est un dispositif qui améliore le bien-être des salariés et un avantage pour rester attractives aux yeux des nouveaux candidats.

Selon les dernières données publiées par le ministère du Travail qui portent sur le mois de juillet, le télétravail « est de moins en moins fréquent », en particulier sur l’intégralité de la semaine. Au cours du mois de juillet, 23 % des salariés ont été au moins un jour en télétravail, soit 2 points de moins qu’en juin et mai et 4 points de moins qu’en avril.

L’annonce de la ministre confirme que les entreprises peuvent reprendre la main sur leur organisation. Dans ce cadre, la mise en place de nouveaux accords de télétravail est attendue au sein de nombreuses entreprises.

Passer d’un mode de survie à un mode de croissance – le rôle des RH

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, annonçait le 30 août dernier que le fonds de solidarité, mis en place par le gouvernement français en mars 2020 pour soutenir les entreprises impactées par la crise sanitaire, sera supprimé le 30 septembre. Les entreprises doivent ainsi reprendre le chemin de la croissance dans un contexte où la crise sanitaire a profondément impacté le monde du travail. 

Cette rentrée de septembre est une période délicate pour les entreprises. Les dirigeants reprennent en main la gestion des modes de travail, tout en menant une réflexion globale sur le futur du travail. Ils doivent repenser leur politique d’avantages salariés, le bien-être au travail et la motivation des salariés pour un retour sain au bureau.

Les défis du retour au bureau représentent également un moteur pour mobiliser les entreprises à passer du mode de survie causé par la crise sanitaire à un mode de croissance. Les équipes RH jouent là un rôle majeur pour accompagner les entreprises à mettre en place la meilleure stratégie dans la transition vers une organisation de travail plus fluide qui met l’humain au cœur de l’ADN de l’entreprise.

Le retour en entreprise : remotiver les collaborateurs et repenser à leur qualité de vie au travail 

La crise de la Covid-19 a renforcé le lien entre travail, santé et bien-être et le besoin impérieux pour les organisations de s’intéresser au bien-être des collaborateurs au sein du quotidien professionnel. En intégrant le bien-être dans l’organisation du travail, les entreprises construisent un avenir durable où les collaborateurs pourront se sentir mieux et travailler mieux.

Quelques essentiels pour un retour au bureau plus dynamique et sain

Établir les règles et les communiquer auprès des collaborateurs

Suite au nouveau protocole publié mardi 31 août 2021, les entreprises doivent communiquer les nouvelles règles auprès des salariés et les informer au sujet des mesures sanitaires applicables au sein de ses locaux.

Certaines entreprises ont signé des accords de télétravail, en se mettant d’accord sur le nombre de jours autorisés au bureau. Ceci implique un nouveau mode d’organisation de travail, une nouvelle gestion des flux au sein de l’entreprise. L’enjeu cette fois-ci est de mettre en place un télétravail plus structuré et non pas forcé.

La conciliation vie privée-vie professionnelle des collaborateurs est clé

Pour les entreprises qui souhaitent le retour de leurs collaborateurs en mode présentiel, prendre l’initiative de mettre en place des solutions de conciliation vie privée-vie professionnelle pourrait être la meilleure motivation pour encourager le retour au bureau. Pour les salariés parents, le sujet de la garde d’enfants est toujours préoccupant. Le coût de la garde d’enfants avant aides reste élevé pour la plupart des familles, voilà pourquoi de nombreuses entreprises mettent en place des solutions de garde d’enfants en vue d’assurer le bien-être et la sérénité de leurs collaborateurs.

Le rôle des managers est essentiel !

Les managers doivent être accompagnés et formés sur le nouveau mode de travail adopté par l’entreprise. Ils auront pour mission principale de recréer les liens sociaux entre les collaborateurs en présentiel et ceux à distance et de veiller sur le bon déroulement des projets.

Accompagner les salariés dans leurs nouvelles habitudes de mobilité 

La crise sanitaire a incité  les entreprises à revoir leur politique de mobilité. Durant la dernière année, beaucoup de collaborateurs se sont tournés vers les mobilités douces comme le vélo par peur de fréquenter les transports en commun. Les employeurs ont ainsi dû mettre en place de nouvelles mesures. Le dispositif du forfait mobilités durables permet aux collaborateurs d’avoir plus de liberté dans le choix du mode de transport (vélo, trottinette, autopartage, etc), il permet également aux entreprises de mettre en avant leur politique RSE et d’améliorer la marque employeur.

La montée en compétence des collaborateurs

La crise sanitaire a révélé le potentiel des collaborateurs. Beaucoup d’entre eux ont démontré leur capacité à résister dans un environnement en changement constant et à assumer de nouveaux rôles et nouvelles responsabilités. Dans ce sens, la résilience des collaborateurs permet de renforcer celle de l’organisation.

Pour permettre aux collaborateurs d’atteindre leur potentiel, l’employeur peut leur demander comment ils souhaitent faire évoluer leur poste et les encourager à se former.

Le défi des entreprises en cette période de reprise va donc consister à accompagner les collaborateurs à se réinscrire dans un processus de retour au bureau ou de télétravail structuré tout en leur assurant l’équilibre nécessaire qui améliorera la performance de l’entreprise.

You May Also Like

Interview Hortense Noiret

“La qualité de vie au travail n’est pas l’installation d’un babyfoot!” Interview avec Hortense Noiret

Conditions de télétravail

Télétravail : Assurer une meilleure qualité de vie en améliorant les conditions de travail

Etude restaurateurs Worklife

Titres-restaurant : la grogne des restaurateurs face aux commissions

FMD porté à 600 euros

Le forfait mobilités durables (FMD) porté à 600 euros par an par salarié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *