Conditions de télétravail

Télétravail : Assurer une meilleure qualité de vie en améliorant les conditions de travail

Alors que 98% des Français se prononcent en faveur du télétravail à raison de deux à trois jours par semaine, selon une étude de la CGT menée auprès de 15 000 salariés, la question du bien-être et de la performance des collaborateurs en télétravail reste cruciale pour les entreprises. 

Quelles sont les nouvelles attentes des collaborateurs ?

Comment faire du télétravail un levier d’amélioration de la qualité de vie au travail ? Pourquoi et comment repenser l’expérience du télétravail et comment se saisir de cette opportunité pour créer une marque employeur différenciante ?

Le télétravail plébiscité par les salariés

Pour un grand nombre de répondants à cette étude, le télétravail présente de nombreux avantages. Meilleure concentration, plus de flexibilité, plus d’autonomie, meilleure gestion du temps : le télétravail apporte un certain confort pour de nombreux salariés qui se montrent ainsi plus efficaces de chez eux. 71% des salariés ont répondu avoir davantage de souplesse sur leurs horaires de travail permettant ainsi une meilleure articulation des temps pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Une majorité de répondants se manifeste également moins fatiguée, notamment du fait de la disparition des temps de trajets qui permet ainsi de diminuer d’environ 30 % les impacts environnementaux.

Le télétravail participerait donc indirectement à réunir les conditions propices à une liberté plus grande et une meilleure productivité contribuant ainsi à un meilleur épanouissement. 

Le télétravail : loin d’être sans conséquence

Bien que le télétravail présente de nombreux avantages, cette méthode de travail suscite tout de même des réserves.

L’étude soulève un premier point d’inquiétude sur la forte augmentation du temps, de la charge et de l’intensité du travail des salariés en télétravail. Deux tiers des répondants ont par exemple reçu des sollicitations pendant une période de congés. L’étude démontre que le droit à la déconnexion, inscrit dans le Code du travail, n’est pas totalement respecté et entraîne un épuisement psychologique. 

Les travailleurs ne sont pas en faveur d’une formule en « 100 % » télétravail, mais ils souhaitent plutôt un télétravail qui ne dépasse pas le mi-temps avec un meilleur encadrement afin de garantir d’une part l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle et d’autre part la santé physique et mentale. 

Selon l’étude, les douleurs liées aux troubles musculo-squelettiques sont élevées en cas de fréquence élevée du télétravail. Elles concernent 36% de ceux qui télétravaillent 2 ou 3 jours par semaine. Ce chiffre augmente même jusqu’à 41% pour ceux qui télétravaillent 4 ou 5 jours  par semaine. La santé mentale est affectée par le télétravail du fait de l’absence d’interactions avec les équipes. L’étude montre que cette situation est particulièrement inquiétante pour les femmes, qui ont davantage cumulé travail et garde d’enfants.

Le télétravail : la prise en charge des équipements et frais professionnels très limitée 

Un second point d’inquiétude a été soulevé sur les conditions matérielles dans lesquelles un grand nombre de salariés travaille. En effet, 7 répondants sur 10 disent que leur employeur ne participe pas, ou bien participe partiellement, aux frais engendrés par le télétravail notamment en termes d’équipements. Les chiffres précisent que 10% des répondants disposent d’un siège ergonomique financé par l’employeur, 40% ont un écran adapté financé par leur employeur et seulement 8%  indiquent avoir une prise en charge intégrale des consommables (ramettes de papier, cartouches d’encre…). 

Or en novembre 2020, l’article 3.1.5 de l’ANI précise que : “Le principe selon lequel les frais engagés par un salarié dans le cadre de l’exécution de son contrat de travail doivent être supportés par l’employeur s’applique à l’ensemble des situations de travail. A ce titre, il appartient ainsi à l’entreprise de prendre en charge les dépenses qui sont engagées par le salarié pour les besoins de son activité professionnelle et dans l’intérêt de l’entreprise, après validation de l’employeur”, sous réserve que la validation de l’employeur soit interprétée comme étant préalable, et non postérieure, à l’engagement des dépenses par le salarié.

Il est important que l’employeur continue à prendre soin de ses collaborateurs en télétravail en leur apportant bien-être et sérénité mais également de s’assurer de la sécurité et de la santé de ses équipes, même à distance.

Il est donc nécessaire pour les employeurs de sensibiliser sur la question de l’ergonomie des postes de travail et de participer à l’aménagement de leur espace de travail en fournissant du matériel adapté. Assurer l’ergonomie permet non seulement de réduire la fatigue des salariés mais également d’accroître leur motivation et leur productivité. 

Afin d’améliorer le quotidien des collaborateurs et leur productivité en télétravail de manière simple et flexible, l’entreprise peut faire appel à des solutions comme Slean. Cette solution propose des tables et des chaises ergonomiques conçues spécialement pour aider les télétravailleurs à créer un espace de travail confortable et de travailler sans avoir de douleurs au dos.

La solution Worklife : l’indemnité télétravail 

Worklife, conscient des avantages et des inconvénients du télétravail, met en place des solutions innovantes pour accompagner les  entreprises à améliorer les conditions de télétravail de leurs salariés. Worklife simplifie la mise en place de l’indemnité télétravail grâce à une carte de paiement qui permet à l’employeur de financer de 50% à 100% des dépenses (dépenses de bureautique, d’équipements informatiques et de connexion internet …) et de bénéficier d’exonération de charges. Les salariés paient leur fournitures bureautiques directement avec leur carte Worklife et la répartition part employeur / part salarié se fait instantanément au moment du paiement. Les équipes RH ne perdent plus de temps à s’occuper de la gestion de justificatifs.

L’expérience collaborateur devrait être une préoccupation majeure de l’entreprise tout au long de l’évolution du salarié en son sein. Évaluer les aspirations profondes des collaborateurs par rapport à ce nouveau mode de travail, trouver le bon dosage du télétravail afin de ne pas freiner la productivité, seraient des approches pour accompagner et piloter au mieux cette expérience collaborateur.

Le télétravail donne l’opportunité aux entreprises dotées d’une culture forte de faire rayonner leurs valeurs et de créer une marque employeur différenciante et attractive.

Aujourd’hui, réfléchir en profondeur à l’organisation du télétravail et à la qualité de vie du salarié, permet de s’inscrire dans une réflexion plus globale sur le futur du travail. 

You May Also Like

Interview Hortense Noiret

“La qualité de vie au travail n’est pas l’installation d’un babyfoot!” Interview avec Hortense Noiret

FMD porté à 600 euros

Le forfait mobilités durables (FMD) porté à 600 euros par an par salarié

fin du télétravail

Rentrée : travail hybride ou fin du télétravail ? Les entreprises passent d’un mode de survie à un mode de croissance

mobilité durable dans une entreprise

6 conseils pour promouvoir la mobilité durable en entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *